ARMAN

Guitare Portugaise

Bronze

Luth en Cascade

Bronze

Le Gambit

Résine

Inclusion Violon Brûlé

Technique mixte

Violon Venise

Bronze

Starry Night (1995)

Acrylique & brosses larges
184 x 148 cm

Chrysalide

Violoncelle, Bronze & bois
114 x 64 x 34 cm

Ali Baba

Fer vernis & bois
105 x 130 cm


BIOGRAPHIE

ARMAN est un artiste reconnu avec plus de 500 expositions personnelles qui lui ont été consacrées. Il a mené une recherche concernant notre rapport sentimental à l’objet, l’attachement à celui-ci, son accumulation, ainsi que sa destruction, telle qu’elle peut s’observer dans sa série de violons calcinés

Armand Pierre Fernandez  nait le 17 novembre 1928, à Nice et grandit dans la boutique d’antiquités de son père. Élève brillant, il commence à peindre à 10 ans et intégrera l’Ecole des Arts Décoratifs de Nice en 1946. A 19 ans, il rencontre Yves Klein et Claude Pascal, qui deviendront ses deux plus proches amis. C’est le début d’une jeunesse exaltée, son intérêt pour la philosophie et les arts d’Extrême-Orient le conduit à l’école du Louvre à Paris en 1949.

De retour à Nice en 1951, son attrait pour la peinture se précise, sous l’influence du peintre russe Serge Poliakoff et de Nicolas de Staël. Il décide, à l’instar de Vincent Van Gogh, de signer de son prénom: Armand. Influencé par les œuvres de Kurt Schwitters et de Jackson Pollock, il s’essaie à la pratique du tampon et expose les premiers à Paris en 1956. En 1958, à l’occasion d’une exposition chez Iris Clert, le peintre remarque une erreur d’impression sur le carton d’invitation: Armand était écrit sans « d ») et cela deviendra sa signature.

1959: la carrière d’Arman connaît une nouvelle orientation avec le début des Accumulations d’objets.

1960: Arman est l’un des membres fondateurs d’un collectif d’artistes: les Nouveaux Réalistes, sous la houlette de Pierre Restany.

1961: Première exposition à New-York,  utilisation inédite de nouveaux matériaux (le polyestère et le Plexiglass)

Arman vivait aux États-Unis et venait fréquemment en Europe pour exposer.

1962: Coupes de métal et soudure en Inclusions (polyester), Combustions.

1964-1965: Rétrospectives personnelles à Krefeld, Amsterdam, Bruxelles, et Minneapolis.Dès 1967, Arman se lance dans des collaborations avec l’industrie (Art et Industrie). Tandis que l’on assiste, au début des années 70, à une reconnaissance croissante de son œuvre en France et à l’étranger, il prend la nationalité américaine.

Arman circule et expose également en Asie.Dans les années 1980 et 1990, l’éventail des œuvres et des techniques s’élargit. Arman décline et multiplie les diverses procédures d’exécution:« The Day After » (Combustion + bronze), Peinture; Brush Strokes, Dirty Paintings, Shooting Colors, séries en bronze, Atlantis….A la fin des années 1990, l’œuvre se radicalise en une succession de gestes reliés à l’objet.

1998 – 2001: Une grande Rétrospective d’Arman a lieu à la Galerie nationale du Jeu de Paume de janvier à avril 1998. En l’an 2000, Arman travaille sur des Fragmentations sur panneau, des Fragments (dessins et sculptures), apparition des Superpositions. Arman est représenté dans tous les musées internationaux. Plus de 500 expositions personnelles dont 77 en musée lui ont été consacrées. Arman décède le 22 octobre 2005, à New York.

000